Cette page en format PDF

Fichiers de commande

Fichiers ".Bat"

Un fichier de commande est un fichier texte qui contient des commandes en mode invite de commande. C'est un programme interprété par l'interpréteur de commandes. Cet interpréteur est le programme COMMAND.COM que l'on connait depuis les débuts du DOS, il est devenu CDM.EXE depuis Windows NT.
Un fichier de commandes peut avoir n'importe quel nom (sauf celui d'une commande existante)
L'extension est .bat ( ou .cmd depuis Windows NT)

On utilise les fichiers de commande pour créer des procédures automatiques pouvant être lancées par des personnes qui en ignorent les détails ou pour automatiser des séquences fréquemment utilisées.

Un fichier de commande contient : une suite de lignes de commandes initialement destinée à être saisies au clavier
+ des instructions propres aux algorithmes ( affichages, tests, sauts, lectures et mofifications de variables, etc.)

Les commandes utilisées en saisie directe sont supposées connues. Nous allons passer en revue celles qui ne prennent tout leur sens que dans le cadre des fichiers de commandes pour dialoguer avec l'utilisateur ou pour manipuler des variables.

ECHO

ECHO Microsoft.com

La commande Echo peut vous rendre deux types de service:

1° MS-DOS affiche généralement chaque ligne du fichier de commande au moment où il les interprète, juste avant de les exécuter. Cet écho des commandes peut être désactivé par la commande ECHO OFF ou ré autorisé par la commande ECHO ON
2° Cette même commande est ausi utile pour afficher des messages à l'écran.

ECHO OFF Plus d'écho sur la sortie standard (l'écran)
ECHO ON L'écho est à nouveau autorisé
ECHO %VARIABLE% Affiche la valeur de la variable
ECHO Chaîne Affiche simplement cette chaîne de caractères
ECHO. Echo suivi d'un point provoque un retour à la ligne

Cette commande est inutile en mode de saisie directe mais il est tout de même possible de la tester dans ce mode [Exemples]
Si vous tapez la commande  Echo Off  en mode de saisie directe vous risquez de ne plus voir apparaître l'invite de commande, faites  Echo On  pour retrouver vos marques.

@

Le @ placé en début de ligne dans un fichier de commande empêche l'écho de cette ligne sans pourtant en interdire l'exécution.

Le fichier de commande débute souvent par @Echo Off. Le @ masque l'affichage de cette ligne de commande. La suite de l'instruction, la commande Echo Off empêche les échos des commandes suivantes.

REM

La commande Rem, placée en début de ligne, a pour fonction d'introduire un commentaire dans le code du fichier de commande. Elle est aussi très pratique pour désactiver une ligne de commande.

PAUSE

PAUSE Microsoft.com

La commande Pause interrompt l'exécution du fichier de commande en affichant :
Appuyer sur une touche pour continuer...
Si ce message ne vous convient pas, annulez le en le redirigeant vers la sortie fictive NUL. [ Exemple]

Les variables

Les variables reconnues par l'interpréteur du langage de commande peuvent avoir plusieurs origines:
- des variables d'environnement ; exemple: echo %username%
- les paramètres passés au fichier de commande %1, %2, ... %9
- le nom du fichier de commande lui-même : %0
- une nouvelle variable SET N=10
- La variable ERRORLEVEL , elle contient la valeur rendue par le dernier programme exécuté. En principe, un programme bien conçu rend 0 s'il a pu s'exécuter sans erreur.
Quand une erreur a eu lieu, le code rendu par le programme doit pouvoir servir à déterminer le type d'erreur qu'il a constaté.

Variables d'environnement

Les variables d'environnement sont des données auxquelles le système d'exploitation réserve une partie de la mémoire vive. Elles sont accessibles à n'importe quel programme. Parmi eux, l'interpréteur de commandes recherche le contenu de la variable PATH pour connaître les emplacements des exécutables.

Ces variables sont créées en leur fixant une valeur par la commande SET :
  SET Machin=Scoubidou
Pour les supprimer, ne mettez rien derrière le signe égale.
  SET Machin=
Elles se modifient comme ceci: PATH=%PATH%;\Util
... ou s'utilisent comme cela: CD %TEMP%

Certains logiciels utilisent des variables d'environnement qui leur sont propres.

Passez si vous ne pigez rien au C La libraire standard du C possède des fonctions getenv() et putenv() pour ce genre d'opérations.
 

Exemple:

  #include "stdio.h"
  #include "stdlib.h"
  int main(int argc, char* argv[])
  {
     char *valeur;
     valeur = getenv("OS");
     printf("La variable OS contient %s\n", valeur); 
     putenv("ZIGOTO=Tartempion"); 
     valeur = getenv("ZIGOTO"); 
     printf("La variable ZIGOTO contient %s\n", valeur); 
     return 0;
  } 

Résultat :

  La variable OS contient Windows_NT
  La variable ZIGOTO contient Tartempion

SET

SET Microsoft.com

SET [variable=[chaîne]]

SET Affiche toutes les variables d'environnement
SET A Affiche toutes les variables dont le nom commence par A
SET variable=chaîne Donne à la variable la valeur chaîne
SET variable Supprime la variable

Attention, les espaces autour du signe égal comptent !
SET A = abc
      Le nom de la variable comporte deux caractères : le A suivi d'un espace.
      La valeur de la variable en compte 4 : un espace suivi de abc.

SET  /A  variable="expression"

L'option "Assignation" est disponible depuis les extensions de commandes apparues depuis Windows NT. Cette option /A permet d'évaluer une expression arithmétique ou logique et d'en attribuer la valeur à une variable. Nous plaçons les expressions entre guillemets. Un nom de variable dans une expression représente sa valeur. Il n'est donc plus nécessaire de placer les noms entre % .
Les valeurs numériques sont décimales (base 10) par défaut. On les fait précéder du préfixe 0x pour les valeurs hexadécimales (base 16) ou par 0 si elles sont saisies en octal  (base 8)

Exemples : SET /A  "2+3"       donne   5     (car 2+3= 5)
SET /A "0xB+6"         donne   17         (car 0xB = 11     et     11+6=17)
SET /A "14 & 3"       donne   2    (car 1110 AND 0011 = 0010)

SET  /P  variable="invite";

SET avec l'option "Prompt" attribue à la variable une valeur saisie par l'utilisateur. La commande commence par afficher l'invite avant de lire l'entrée.

 

Les sauts de programmes

Les fichiers de commandes ne sont pas toujours de simples séquences d'instructions. Il arrive dans certaines conditions que des instructions doivent être ignorées ou au contraire être répétées un certain nombre de fois. Cela est possible en combinant les instructions de tests et les instructions de sauts.

:label

Le label est un nom quelconque précédé de deux points.
Il doit être seul, il ne peut pas être suivi par une commande sur la même ligne.
Il marque un endroit donné du code pour servir de destination à la commande GOTO

GOTO

GOTO Microsoft.com

La commande GOTO suivie d'un label provoque un saut dans le programme à l'endroit où est défini le label.
Exemple : GOTO label
La commande GOTO :EOF permet de sortir d'un fichier de. On se sert de cette forme de la commande GOTO pour faire l'équivalent d'un "Return" en fin d'une sous-routine.

CALL

CALL Microsoft.com

La commande CALL a été prévue initialement pour appeler un fichier de commande à partir d'une autre. Une fois que les commandes du fichier appelé sont achevées on revient à l'instruction qui suit le call.
Exemple : CALL CmdFile2 Arg1 Arg2      appelle le fichier de commande CmdFile2 en lui passant les arguments Arg1 et Arg2. Les commandes du fichier appelé étant achevées on revient à l'instruction qui suit le CALL.

Ce retour à l'instruction suivante n'aurait pas eu lieu si on avait appelé CmdFile2 en inscrivant son nom comme une commande sans utiliser la commande CALL.

Depuis Windows NT, (les extensions de commande), la commande CALL accepte les étiquettes comme cible. Pensez à terminer la routine visée par la commande GOTO :EOF pour assurer le retour sous la commande qui a fait l'appel.

 

L'alternative

IF

IF Microsoft.com

La syntaxe de la commande IF dépend de la version du système d'exploitation. Le mot ELSE fait partie des extensions de commandes dont on ne dispose que depuis Widows NT. Ainsi avec l'interpréteur COMMAND.COM de Windows95 ou 98, le mot ELSE n'est jamais pris en compte. Pour connaître la syntaxe admise par votre système d'exploitation demander son aide en tapant la commande "IF /? ".
( Pour les version très anciennes du DOS les mots clés doivent s'écrire en majuscules.)

IF condition commande

Soumet l'exécution de la commande à une condition. Si la condition est fausse la commande est ignorée

IF condition commande_1 ELSE commande_2

Suivant que la condition est vraie ou fausse, ce sera la commande_1 ou la commande_2 qui s'exécutera

En principe, les instructions IF et ELSE doivent être écrites sur une même ligne. Ce n'est pas toujours possible car certaines commandes du DOS doivent s'achever par un retour à la ligne. On parvient à concilier ces deux exigences en plaçant les commandes entre parenthèses.

Exemples :

IF Condition (
  Commande_1
) ELSE Commande_2
Ici les commandes sont bien terminées par des retours à la ligne
IF condition (
  commande_1
) ELSE (
  command_2
)
Commande_1 et commande_2 peuvent être remplacées par des blocs de plusieurs lignes de commandes. Cette disposition fait penser à celle du langages C ou du Java.

Malgré l'artifice des parenthèses, la commande IF reste à considérer comme une commande en une seule ligne. Cela a une conséquence étrange, qu'il faut savoir prévoir : La ligne est lue complètement en échangeant les variables mises entre % avec leur valeur avant l'exécution. Ce remplacement est appelé "l'expansion" des variables. Il est fait à la lecture et non pas lors de l'exécution de la ligne de commande.

Ainsi la "ligne" suivante
set VAR=avant
if "%var%"=="avant" (
   set VAR=après
   ECHO VAR
)
... affiche ceci !
C:\>set VAR=avant
C:\>if "avant"=="avant" (
   set VAR=après
   ECHO avant
)
avant
C:\>

MS-DOS interprète une commande entre parenthèses comme si elle était terminée par un retour à la ligne.

IF Condition (Commande_1) ELSE Commande_2

Expressions des conditions

NOT condition Si la condition est fausse
ERROLEVEL nombre Si le code rendu par le programme précédent est supérieur ou égal au nombre indiqué
DEFINED variable Si cette variable est définie
EXIST fichier Si ce fichier existe
chaîne1 == chaîne 2 Si chaine1 est identique à chaîne2

D'autres opérateurs de comparaisons sont aussi fournis par les extensions de commandes dont sont dotées les interpréteursde commandes les plus récents (CMD.exe)

chaîne1 EQU chaîne 2 Si chaine1 est identique à chaîne2
chaîne1 NEQ chaîne 2 Si chaine1 est différente de chaîne2
chaîne1 LSS chaîne 2 Si chaine1 est plus petite que chaîne2
chaîne1 LEQ chaîne 2 Si chaine1 est inférieur ou égale à chaîne2
chaîne1 GTR chaîne 2 Si chaine1 est supérieur à chaîne2
chaîne1 GEQ chaîne 2 Si chaine1 est supérieur ou égale à chaîne2

L'option /I demande d'ignorer la casse lors de ces comparaisons. Si les deux chaînes ne contiennent que des chiffres, alors la comparaison est numérique au lieu d'être alphabétique.


Liens externes vers ce même sujet :

Command-line reference A-Z       Microsoft.com  

Programmation Batch     ProgMatique - Programmation et Informatique

La ligne de commande Windows et les fichiers batch     Developpez.com

    Valid XHTML 1.0!